Info maltraitance


La maltraitance envers les aînés est relativement bien documentée. On trouve sur le web un nombre satisfaisant d’informations sur le sujet. Il existe aussi plusieurs dépliants de sensibilisation qui demeurent disponibles pour consultation. D’ailleurs, certains de ces documents ont été mis en ligne et figurent à la section Outils, liens et ressources. N’empêche, plus l’information sera véhiculée et plus la réalité sera démasquée et pourra ensuite être transformée pour le mieux. Voici donc un portrait récapitulatif de la situation au Québec.




Maltraitance : une définition


Mauvais traitements, abus, maltraitance, violence, négligence… Les mots pour décrire les différents niveaux d’abus sont nombreux, et les définitions également. Bien que celle du nouveau Petit Robert de la langue française figure et donne le ton en page d’accueil, c’est la définition de mauvais traitements proposée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui est souvent reprise par les intervenants et dans la documentation traitant du sujet :


« Tout acte isolé ou répété, ou encore une absence d’intervention appropriée qui se traduit dans toute relation de confiance et cause un préjudice ou une détresse chez la personne aînée. »


Retour en haut de page


Statistiques révélatrices et faits saillants


Au Québec, les chiffres parlent d’eux-mêmes…


Entre 10 % à 15 % des aînés auraient été victimes d’abus. Cela équivaut à près de 150 000 personnes et de ces cas, 80 % d’entre eux ne sont malheureusement jamais signalés ou même détectés1


  • 20 % des femmes versus 13 % des hommes sont victimes d’abus de la part d’un de leurs enfants2
  • 75 % des aînés maltraités connaissent leur abuseur et pour le tiers d’entre eux, il s'agit d'un membre de la famille3
  • 70 % des victimes âgées sont plus souvent agressées dans un lieu privé que l’ensemble des victimes4
  • 60 % des abus dénoncés par les aînés sont d'ordre financier5
  • 80 % des fraudes commises par téléphone visent les personnes âgées de 60 ans et plus6
  • Près de la moitié des personnes âgées qui se suicident sont âgées de plus de 65 ans7


1Source : Réseau québécois pour contrer les abus envers les aînés 2006

2Source : Statistique Canada 2001

3Source : Portrait de la violence et de la criminalité envers les personnes âgées au Québec 2003

4Source : Statistiques Canada 2001

5Source : Réseau québécois pour contrer les abus envers les aînés 2006

6Source : Réseau québécois pour contrer les abus envers les aînés 2006

7Source : Statistiques Canada 2001



Différents types, différents indicateurs


La maltraitance peut se manifester sous plusieurs formes et souvent, elle sait se faire très subtile…


Abus physique


Il s’agit d’atteintes physiques ou de blessures infligées volontairement. L’abus peut prendre la forme d’agressions physiques ou sexuelles, de comportements violents et de privation d’éléments essentiels au bien-être physique.


Exemples


  • Gifles
  • Coups
  • Interventions médicales inappropriées ou injustifiées
  • Secousses
  • Brûlures
  • Poussées

Abus psychologique


Il s’agit d’atteintes à la personne dans sa valeur en tant qu’individu. L’abus se situe au niveau des attitudes et des comportements.


Exemples


  • Rejet
  • Dévalorisation des idées, valeurs ou sentiments de l’aîné
  • Création d’un sentiment d’inutilité
  • Comportement inadéquat qui porte atteinte à l’identité, à la dignité et à la confiance de l’aîné
  • Parodie et infantilisation
  • Création d’un sentiment de terreur ou de peur extrême chez l’aîné
  • Intimidation, menace
  • Isolation de l’aîné, espace vital et cercle social limités

Abus financier


Il s’agit d’une mauvaise utilisation des ressources financières et matérielles de l’aîné.


Exemples


  • Vol d’argent, de chèques de pension ou d’autres biens
    [On exige de l’aîné un retrait à la banque pour payer ses comptes… et on ne les paie finalement pas.]
  • Vente de la maison ou d’un autre bien sans permission
    [On décide de vendre l’auto de l’aîné car on considère qu’il n’en a plus besoin.]
  • Utilisation frauduleuse d’une procuration.
    [On retire des montants d’argent du compte bancaire de l’aînés pour se payer divers bien personnels : télévision, voyage, ameublement, etc.]
  • Non remboursement de l’argent emprunté
    [« Je t’ai déjà remboursé, tu ne t’en souviens pas…tu dois faire de l’Alzheimer! »]
  • Dédommagement excessif pour biens ou services rendus
    [« J’ai décidé de prendre de l’argent pour payer mon renouvellement de plaque. Avec tout ce que je fais pour toi, c’est juste normal! »]
  • Partage de la maison de l’aîné sans assumer une juste part des frais
    [« Je n’ai pas besoin de payer pour rester chez vous, je prends soin de toi! »]
  • Préparation forcée de chèques en blanc pour son propre profit
    [« Je vais faire des courses et j’ignore combien cela coûtera. Signe-moi un chèque en blanc et j’inscrirai sur place le montant. » On conserve ensuite une partie de cet argent pour soi.]
  • Refus à l’accès à l’information financière
    [« Tu n’as pas besoin de te préoccuper pour la gestion de tes comptes. Je m’en occupe, fais-moi confiance! »]

Abus verbal


Il s’agit de tout ce qui porte atteinte à autrui, à travers les mots ou la contrainte.


Exemples


  • Chantage
  • Paroles blessantes
  • Propos dégradants
  • Insulte
  • Infantilisation
  • Haussement inapproprié de la voix

Négligence


La négligence consiste en l’omission volontaire ou involontaire de la part de la personne qui dispense, de façon bénévole ou non, des soins nécessaires à une personne âgée.


Exemples


  • Vêtements souillés, manquants ou inappropriés pour la saison
  • Apparence générale négligée
  • Environnement dangereux (encombrement de lieux, escaliers non sécuritaires, chauffage défectueux, risque de feu, mauvais entretien)
  • Privation d’items nécessaires au quotidien
  • Mauvaises conditions de vie sanitaire
  • Malnutrition, déshydratation, perte de poids
  • Hygiène personnelle douteuse
  • Absence de soins médicaux et dentaires appropriés
  • Prothèses inadéquates (dentier, appareil acoustique, lunettes)
  • Administration incorrecte ou absente de la médication prescrite
  • Supervision inadéquate
  • Absence d'aide et de relations amicales
  • Absence de moyens de transport
  • Réduction de l’activité physique et mentale

Retour en haut de page


Conseils généraux de prévention


  • Être bien organisé et conserver vos possessions personnelles en ordre. Faire savoir à votre entourage que vous gardez un œil sur vos possessions.
  • Conserver votre argent à la banque et non à la maison.
  • Adhérer au dépôt direct et ainsi faire déposer toutes vos sources de revenus directement dans votre compte bancaire.
  • Produire un mandat en cas d’inaptitude chez le notaire. Vous vous assurez ainsi que les papiers sont en règle et qu’ils sont en sécurité.
  • Prendre l’habitude de vous affirmer positivement et de faire valoir vos droits.
  • Effectuer vos prêts d’argent par chèque et non en argent; On laisse ainsi des traces. Prévoyez par écrit les modalités de remboursement.
  • Prendre vous-mêmes les décisions qui vous concernent.
  • Ne prenez pas de décisions hâtives sous l’influence ou la pression d’une personne et ce même si elle paraît gentille. En cas de doute, prenez le temps de consulter une personne compétente en qui vous avez confiance. N’hésitez pas à demander de l’aide.
  • Lisez attentivement et assurez-vous de bien comprendre un document avant de le signer.
  • Fiez-vous à votre instinct. Soyez à l’écoute de vos signaux d’alarme. Votre petite voix intérieure se trompe rarement.

Retour en haut de page


Piste à suivre pour une intervention préliminaire


  • Offrir une écoute à la personne afin qu’elle puisse faire le point sur sa situation de mauvais traitements
  • Aider à préciser les solutions que la personne entrevoit
  • Donner de l’information sur les ressources disponibles
  • Aider à préciser les démarches que la personne est prête à faire
  • Référer la personne aux différentes ressources requises

Retour en haut de page


Grille d’évaluation « Suis-je à risque »


Certaines situations de votre quotidien vous portent à croire que vous êtes victimes d’abus? Utilisez la grille d’évaluation « Suis-je à risque » pour vous aider à y voir clair.


Retour en haut de page